L’orthodontie fonctionnelle

L’orthodontie fonctionnelle : indications et traitements

L’objectif de l’éducation fonctionnelle est de rétablir un équilibre au niveau du couloir dentaire situé entre lèvres, joues et langue pour favoriser une croissance faciale harmonieuse en corrigeant les mauvaises habitudes de respiration, déglutition, mastication et posture. L’orthodontie fonctionnelle envisage la dentition en tant qu’élément de l’ensemble du corps.

 

La plus part des enfants souffrent d’encombrement dentaire accompagné d’un mauvais développement de leurs mâchoires. Bien que les symptômes de ces troubles soient souvent visibles dès l’âge de 3 ans, souvent on vous conseille d’attendre jusqu’à l’âge de 12 à 14 ans pour pouvoir les traiter avec des bagues et/ou des extractions. Les bagues sont un moyen très efficace pour aligner mécaniquement les dents. Cependant, nous savons tous que le problème ne sera pas définitivement résolu, car une fois les bagues déposées, il y aura sûrement une récidive de l’encombrement, surtout si l’enfant ne porte pas régulièrement son appareil de contention.
L’encombrement dentaire n’est pas une fatalité, c’est un symptôme et un signal d’alerte sur le mauvais développement des mâchoires et du visage de l’enfant. Les causes essentielles sont les mauvaises habitudes buccales telles que la respiration buccale et une mauvaise déglutition, le tout associé aux forces exercées par les muscles de la langue, des joues et des lèvres. Ces mauvaises habitudes doivent être corrigées avant que la face et les mâchoires aient terminé leur croissance.

 

Une approche différente des autres traitements orthodontiques est envisageable sans contrainte et sans douleur. Eviter les bagues est aujourd’hui possible! Il faut corriger les mauvaises habitudes orales pendant la croissance des enfants pour améliorer leur développement dentaire et facial. Les problèmes peuvent ainsi être corrigés beaucoup plus tôt qu’avec les traitements classiques, dès 4 ans. Cette thérapeutique ne se contente pas d’aligner les dents, elle assure également une meilleure contention.
Les appareils utilisés sont essentiellement des gouttières dont le choix varie en fonction de l’âge de l’enfant et de la correction souhaitée. Ces gouttières se portent une heure par jour au cours de l’activité normale et pendant toute la nuit. Le port de la gouttière s’accompagnera d’exercices simples. Les matériaux utilisés sont à la fois compatibles avec l’organisme et inoffensifs aussi bien pour la bouche que pour le corps tout entier (absence de phtalates et de bisphénol).

11

En complément de l’orthodontie fonctionnelle l’on fait éventuellement appel à l’ostéopathie et l’orthophonie, dans le but d’un développement naturel des fonctions majeures (respiration, déglutition…).
Troubles fonctionnels et conséquences :
• respiration par la bouche / ronflement
• succion tardive du pouce
• persistance de la déglutition infantile
• dents en avant
• mauvaise fermeture des mâchoires ou absence de contacts ente les dents
• mâchoire supérieure étroite et profonde
• mâchoire inférieure en arrière ou en avant
• décalage et mauvais emboitement des mâchoires
• chevauchement des dents
• troubles de l’élocution
• sècheresse buccale favorisant gingivites et caries dentaires
• trouble du sommeil, sommeil non réparateur
• trouble du comportement diurne : baisse de l’attention, difficultés de concentration, retard scolaire
• prédisposition au SAOS (syndrome d’apnée obstructive du sommeil)
• modification de la posture vertébrale

 

 

 

LA VENTILATION
La ventilation doit être exclusivement nasale y compris la nuit pendant le sommeil. Cependant beaucoup de jeunes enfants respirent par la bouche. La ventilation nasale doit être possible sans effort ni crispation des lèvres.
Il faut souvent orienter l’enfant vers une consultation ORL pour libérer la filière nasale : cloison nasale déviée, cornet volumineux, hypertrophie muqueuse, allergie, amygdales ou végétations obstructives.
La position de la langue est liée à la ventilation.*

 3 


LA DÉGLUTITION
La déglutition du nourrisson est différente de celle de l’adulte. Cette acquisition se fait entre 18 mois et 10 ans.

Chez le nourrisson :
La langue s’étale contre les crêtes alvéolaires. Elle est en position basse en contact avec la lèvre inférieure. Les lèvres sont fortement contractées à la base du mamelon ou de la tétine. Cette déglutition s’effectue toujours arcades dentaires séparées.

Chez l’adulte :
Nous déglutissons environ 2 000 fois par jours. La pointe de la langue doit être sur les papilles palatines rétro-incisives supérieures. La langue est en position haute. Les mâchoires et les lèvres doivent être fermées et parfaitement immobiles.

Nous parlons de déglutition « atypique, infantile ou primaire », lorsque l’enfant conserve des habitudes de déglutition du nourrisson. L’acquisition de la déglutition adulte n’est pas encore totalement obtenue.

Exemple de déglutition atypique, l’enfant doit contracter ses lèvres et les muscles du menton pour déglutir

Exemple de déglutition atypique, l’enfant doit contracter ses lèvres et les muscles du menton pour déglutir


LA POSTURE LINGUALE

Au repos, la langue doit être en position haute. La pointe et le dos de la langue sont au contact avec le palais. Les lèvres sont souples et jointes.

On parle de troubles de posture de la langue, lorsque cette dernière est en position de repos basse et lorsqu’elle vient s’interposer entre les dents et les lèvres.

Exemple de langue s’interposant entre les mâchoires

Exemple de langue s’interposant entre les mâchoires

 


LES HABITUDES NOCIVES
La principale d’entre elles est la succion d’un doigt, le pouce le plus souvent. Il existe aussi la succion des lèvres, de la langue.

Mais cette succion du doigt a-t-elle une influence aussi néfaste qu’il est prétendu ?
Oui dans la mesure où l’on estime qu’il n’y a pas de succion du doigt avec une langue en bonne position.

De même qu’il existe un passage de la déglutition du nourrisson à celle de l’adulte, la disparition des habitudes de succion doit s’effectuer avec les étapes du développement affectif selon MAURIN :
« Pendant la petite enfance (- 2 ans) la succion du doigt, de plusieurs ou de la tétine représente un modèle de comportement normal. Jusqu’à 5 ans, la succion au coucher ou en cas de fatigue est encore une habitude normale. Cependant si elle apparaît à cet âge, elle est le plus souvent d’origine affective. De 6 à 12 ans la persistance de la succion peut être considérée comme un signe d’immaturité. Les interdictions ou remarques des proches renforcent cette habitude et la valorisent. »

Tout cela n’est bien sûr, qu’un cadre général qu’il faut individualiser, mais il permet de se rendre compte de l’importance du psychisme dans la succion du doigt

Succion du pouce

Succion du pouce


LA SANGLE LABIALE
Les lèvres doivent se joindre sans effort ni crispation.
Les lèvres ont un rôle essentiel car elles interviennent dès la naissance pour la tétée en assurant l’étanchéité buccale et elles permettent par leur occlusion la mise en place d’une ventilation nasale.
Dans la déglutition adulte, les lèvres ne doivent pas se contracter. Un mouvement des lèvres en déglutissant témoigne d’une déglutition adulte non acquise.

Exemple de lèvres ne pouvant pas se joindre au repos sans contraction musculaire

Exemple de lèvres ne pouvant pas se joindre au repos sans contraction musculaire


EXERCICES D’EDUCATION FONCTIONNELLE :

Exercice de respiration n°1

Exercice de respiration n°2


Exercice de déglutition

Entretient de l’appareil