Implantologie > Les implants dentaires





 

1. Les implants dentaires

 

Lorsque vos dents ont disparu, il existe plusieurs solutions prothétiques mobiles ou fixes pour les remplacer, prenant appui sur les dents restantes ou sur des implants.

La mise en place de prothèses fixes appelées « bridges » impose la dévitalisation de plusieurs dents saines, ce qui peut contribuer à compromettre leur avenir, à plus ou moins long terme. L’implant dentaire est actuellement le traitement de choix pour le remplacement des dents absentes. Les implants sont des vis en titane, venant remplacer dans l’os les racines naturelles des dents perdues. Vos dents saines adjacentes sont alors respectées.

Il existe plusieurs longueurs, plusieurs diamètres et plusieurs formes d’implants. Le choix du type d’implant est guidé par le volume osseux disponible au niveau de l’os de la mâchoire. Une quantité d’os minimale est donc requise au niveau du site implantaire. Elle conditionne la stabilité et donc la durée de vie des implants.

Capture d’écran 2014-07-20 à 23.14.37

La couronne implanto-portée est composée de 3 éléments: l’implant ( vis en titane) sur lequel on vient visser un pilier qui sert de connexion entre l’implant et la couronne.

implant10

Malheureusement, la perte des dents entraîne à la longue une fonte de l’os qui les soutenait. Une restauration de ce volume osseux est donc parfois nécessaire avant la mise en place d’implants dentaires ce qui implique une étape chirurgicale supplémentaire.

En fonction du site implantaire, des conditions locales anatomiques influencent le choix du type d’implant:

      • A la mâchoire inférieure, le nerf alvéolaire inférieur chemine dans la mandibule. Au moment de la pose de l’implant ce nerf doit être respecté. Une hauteur et une largeur d’os suffisantes sont indispensables pour autoriser l’insertion implantaire et ainsi obtenir une distance de sécurité suffisante au dessus du nerf.

Sans titre

Capture d’écran 2014-07-13 à 15.35.54

Visualisation du nerf alvéolaire inférieur sur le panoramique et le scanner 3D

      • A la mâchoire supérieure, la hauteur disponible sous le sinus maxillaire peut être insuffisante. Dans ce cas, on procède à une augmentation de volume osseux sous sinusien.

implant4

Sinus maxillaire atrophique

implant5

Sinus maxillaire après greffe osseuse bilatérale

Pour déterminer ces caractéristiques anatomiques un bilan radiologique est prescrit:

      • Le panoramique dentaire est un examen de dépistage. Il permet d’avoir une vison d’ensemble des mâchoires et de contrôler l’état dentaire global.
      • Le scanner dentaire permet de visualiser en 3 dimensions le volume osseux disponible au niveau du site implantaire. A partir de cet examen, le plan de traitement implantaire (choix du type et du nombre d’implant, nécessité ou non d’une augmentation de volume osseux) et sa faisabilité sont analysés.

implant6

Panoramique dentaire et planification implantaire sur scanner 3D

2. Chronologie implantaire

 

Le traitement implantaire se déroule en 2 ou 3 étapes :

      • Si nécessaire, augmentation du volume osseux  : période de cicatrisation osseuse de 4 à 6 mois
      • Pose de l’implant : période de cicatrisation osseuse autour de l’implant de 6 semaines (possibilité de prothèse provisoire)
      • Mise en place de la prothèse définitive

La pose des implants peut être réalisée sous anesthésie locale ou sous anesthésie générale.

implant7

Pose Implantaire

Les implants dentaires s’adressent à toute personne, quelque soit leur âge, désirant remplacer de façon fixe, une, plusieurs ou toutes les dents absentes, ou pour stabiliser leur appareil amovible. Les contres-indications absolues sont rares.

implant8

Les implants permettent au patient de retrouver le confort, la phonétique et l’esthétique des dents naturelles.

Les principaux obstacles à la pose d’implant provenaient de la quantité d’os disponible. Aujourd’hui grâce aux techniques modernes de greffes osseuses le «manque d’os » n’est plus une contre-indication et chaque cas peut ainsi être traité. La greffe peut être réalisée sous anesthésie locale ou anesthésie générale, à partir d’un substitut osseux synthétique ou à partir d’un prélèvement osseux au niveau de la mâchoire inférieure, de la couche superficielle de l’os du crâne ou de la hanche.

Capture d’écran 2014-07-21 à 12.55.20

3. Chronologie prothétique dentaire

 

L’amélioration des techniques de greffes osseuses et des connaissances sur les biomatériaux permettent de raccourcir la durée du traitement. Il devient possible d’envisager la pose des implants le jour de l’extraction dentaire ou le jour de la greffe osseuse sous condition de stabilité suffisante des implants.

Classiquement, la mise en place des dents est possible après 2 mois de cicatrisation osseuse autour des implants. Les innovations numériques dans la planification implantaire et l’utilisation de guides chirurgicaux permettent aujourd’hui de placer les implants et les couronnes provisoires dans la même séance.

La période où les patients se retrouvent sans dents est ainsi fortement raccourcie.

 

Capture d’écran 2015-10-03 à 21.52.29

Modélisation et fabrication de la prothèse provisoire avant l’intervention

 

4. Chirurgie implantaire guidée et assistée par ordinateur

 

Le succès du travail en implantologie est déterminé par le résultat prothétique esthétique et fonctionnel. La principale contrainte est la correspondance entre le volume osseux disponible sur la mâchoire pour le positionnement de l’implant et l’espace prothétique pour la future couronne surplombant ce volume osseux. La conception de cette prothèse sur implant dépend de la relation entre les dents adjacentes, les dents antagonistes et l’axe d’émergence de la couronne imposé par l’axe de l’implant. Le volume osseux disponible est mesuré à partir d’un scanner 3D. Le positionnement idéal de l’implant est planifié sur le scanner en fonction du volume, de la qualité, de la densité osseuse et de la future couronne. La couronne peut être virtuellement construite sur le scanner. La visualisation de la future couronne sur le scanner donne une idée de l’émergence souhaitée de l’axe implantaire. Classiquement, pour repositionner l’implant exactement comme planifié sur le scanner, seul l’expérience du chirurgien influence le résultat final de l’axe de l’implant placé à main levée. Certains dispositifs d’aide au positionnement implantaire existent mais ne donnent pas assez d’informations sur le positionnement exact de l’implant. La visualisation du volume osseux disponible pendant la chirurgie, nécessite donc une incision élargie de la muqueuse pour exposer suffisamment l’os et contrôler l’emplacement de l’implant.  Il n’y a pas de prédictibilité, de reproductibilité, ni aucun contrôle sur le futur axe de la dent. La conception de la couronne est obligatoirement réalisée après avoir placé l’implant. Elle ne peut être anticipée ne connaissant pas exactement le futur positionnement implantaire. Cette liberté de positionnement implantaire peut être à l’origine d’erreur. La fabrication de la couronne est alors techniquement plus difficile, inesthétique voir irréalisable. Les lésions nerveuses, les lésions des racines dentaires adjacentes et le dépassement intra-sinusien des implants sont les complications les plus fréquentes de cette technique encore classique et approximative de pose des implants dite « à main levée ».

Grâce aux innovations technologiques, nous pouvons de nos jours, reproduire sur les patients, avec une très grande précision, le positionnement implantaire simulé avec le scanner 3D. Les avancées numériques permettent depuis peu de superposer les données osseuses du scanner avec l’image des dents et de la gencive grâce à l’empreinte optique numérique ou la numérisation des empreintes dentaires.

Capture d’écran 2014-07-20 à 21.03.27

Simulation implantaire numérique en vue occlusale et latérale

La couronne simulée de manière virtuelle va donc servir de guide au futur axe implantaire. Cette couronne est validée et réalisée avant la chirurgie, car le positionnement et la validation de l’axe implantaire a été adaptée à la future couronne et non l’inverse. La vision simultanée de l’image de la future couronne et des caractéristiques osseuses (volume, qualité et densité) optimise le résultat implantaire et prothétique possible. Un guide chirurgical est fabriqué en impression 3D à partir de la planification numérique. Il va imposer un positionnement de l’implant comme prédéterminé avec le scanner.

Capture d’écran 2014-07-20 à 21.07.49

Modélisation du guide chirurgical

 Capture d’écran 2014-07-20 à 21.08.05

Guide chirurgical

Capture d’écran 2014-07-20 à 16.41.14

Mise en place des implants à l’aide du guide chirurgical

 L’intervention chirurgicale est simplifiée, car elle est réalisée et validée virtuellement au préalable. La pose de l’implant est réalisée sans décollement de lambeau de gencive. Le temps opératoire utile, pour contrôler l’axe implantaire et les radiographies réalisées pendant la chirurgie, ne sont plus nécessaires. La durée opératoire est considérablement réduite. La chirurgie est moins invasive. Les suites opératoires sont plus simples. C’est la fin des échecs prothétiques et des dégâts collatéraux (lésions nerveuses et atteintes des racines des dents adjacentes).

Capture d’écran 2014-07-20 à 16.37.11

Contrôle de la proximité des implants avec le sinus ou avec le nerf alvéolaire inférieur mandibulaire

La sureté du geste implantaire autorise la réalisation des couronnes provisoires anticipées sur la chirurgie. Ces dernières peuvent donc être placées immédiatement après la pose des implants à la fin de l’acte chirurgical.

 

Capture d’écran 2014-07-20 à 16.41.28Capture d’écran 2016-09-09 à 12.03.39

Modélisation et fabrication de la future couronne avant la chirurgie

 L’ensemble de ces avantages garantissent le meilleur résultat implantaire possible et assure un confort et une satisfaction rapide du patient.

Par ailleurs, la simulation 3D est un excellent outil pédagogique. Il facilite les échanges et la compréhension avec le patient concernant son projet prothétique. Il aura ainsi la possibilité de visualiser et valider sa future couronne avant l’intervention.

              

dernière mise à jour : 08.09.2016